Médiactus Index du Forum

Médiactus
Médiactus forum est l'espace de dialogue et d'échanges entre membres passionnés par l'actualité des médias TV, web, radio et presse écrite. Nouvelles chaînes, évolutions techniques, offres, programmes, tout est propice à l'analyse sur MEDIACTUS.

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

NO BILLAG: les chaînes de Suisse Romande en danger ?

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Médiactus Index du Forum -> mediactus -> Actualité: vos commentaires
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Stef17200
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Fév 2016
Messages: 1 154

MessagePosté le: Mer 31 Jan - 08:47 (2018)    Sujet du message: NO BILLAG: les chaînes de Suisse Romande en danger ? Répondre en citant

ArticleNO BILLAG, les chaînes de Suisse Romande en danger ?

Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 31 Jan - 08:47 (2018)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
pascal28


Hors ligne

Inscrit le: 01 Mar 2016
Messages: 284
Localisation: Charleroi

MessagePosté le: Mer 31 Jan - 14:01 (2018)    Sujet du message: Re: NO BILLAG: les chaînes de Suisse Romande en danger ? Répondre en citant

Stef17200 a écrit:
ArticleNO BILLAG, les chaînes de Suisse Romande en danger ?


Je n'ai pas très bien compris, le Billag, c'est une part de la redevance télé qui est reversé aux autres médias (donc sa suppression impliquerait une baisse de la redevance) ou est-ce une part du budget de l'état qui est reversé aux médias au lieu d'être utilisé à autre chose ?

Citation:
Mais la mise en application du «No Billag», aurait par delà les conséquences économiques pour les médias concernés, un impact dans la libre information, l’expression démocratique et c’est aussi cela que refusent les médias ciblés ou impactés. Les radios et TV soutenues par la redevance travaillent dans la plus totale indépendance journalistique, au contraire de nombreux médias soumis à des contingences économiques lourdes ou réduits à n’être que le porte voix de leurs actionnaires.


Je suis toujours amusé par ce type de propos, comment un média dont la survie dépend d'une subvention de l'état peut prétendre être indépendant (ou travailler en indécence)... Par définition, il es tributaire de sa subvention et du bon vouloir de celui qui veut bien lui accorder... Mécaniquement, cela en fait une sorte de "sous-traitant" du service public... Donc pour la "libre information et l'expression démocratique", on repassera... Ne jamais oublier ce précepte valable pour tout média : "c'est celui qui paye qui parle". Le reste, c'est de l’enrobage pour faire passer la pilule.

De manière générale, quand on regarde la manière dont est structuré le paysage audiovisuel suisse, il y a un petit parfum de "France sous l'ORTF"... (ce qui a ses bons et ses mauvais cotés d'ailleurs : c'est plutôt bien pour maintenir un bon niveau sur les contenus culturels qui ne sont pas soumis à une concurrence trop forte par les programmes "faciles" du privé, mais coté pluralité de l'info, c'est un zéro pointé)
On a un service public seul qui assure une info nationale et une multitude de médias locaux sous perfusion publique (pour donner une illusion de pluralité) qui est cantonnées à l'actualité locale (comme ça on est certain que ces médias n'iront jamais sur les sujets subversifs et d’envergure). C'est bien pour le lien social, pour la vie culturelle locale, mais absolument rien de bien subversif pour le pouvoir en place... Ces médias locaux n'auront jamais la capacité d'apporter la contradiction à ce que peut raconter la RTS. Ce qui permet à l'info radio et télé de la RTS d'avoir des taux d'écoute soviétiques ! (Je suis toujours très amusé quand Le 1ere de la RTS annonce ses audiences et s'en félicite car elle pense faire un travail de qualité : mais elle a qui en face comme alternative pour le public voulant une grande tranche info ?)
Quand tout un écosystème médiatique repose sur une subvention, ce n'est pas sein et n'apportera jamais de subversion, à part un peu de contestation sur des sujets légers donnant l'illusion d'une contestation.

Pour dire à quel point l'audiovisuel suisse est bien cadenassé, aucune chaîne télé / radio d'envergure nationale (ou du moins à destination de tout un bassin linguistique) n'a vu le jour. La Suisse a laissé se développer la présence de chaînes étrangères pratiquant des décrochages suisses uniquement pour la pub (mais sans aucun contenu suisse en contre-partie) quitte à assécher le marché publicitaire suisse pour les médias suisses.

Ainsi, tout le monde s'en sort à bon compte... On apporte au "bon peuple" un plus grand choix de divertissement (et à gros budget) tout en s'assurant que ces médias ne viendront pas fourrer leur nez dans les affaires suisses (peu probable que TF1 se mette à faire des reportages d'investigation sur la politique suisse) et on assèche le marché de la pub, ce qui rend encore plus dépendant (donc soumis) les médias suisses à la subvention.

Dans l'absolu, je ne suis pas contre l'idée de subventionner certains médias. Cela a une utilisé.
Il y a des choses que ni le privé, ni le public ne ferait. Subventionner quelques médias pour s'en charger peut se défendre. Mais quand presque tout le paysage dépend de ces subventions n'est pas sein.

Du coup, cette fin de subvention pourrait peut-être être un mal pour un bien. Il sera impossible de laisser le paysage audiovisuel suisse en situation désertique. Ce sera peut-être l'occasion de repenser le paysage pour permettre l’émergence d'une véritable alternative au service public.
Autoriser certains médias privés à ne plus être seulement locaux et réserver la pub suisse aux médias suisses (ne plus autoriser ces décrochages suisses à TF1, M6, etc...) pourraient être une bonne piste de travail par exemple.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
fAB


Hors ligne

Inscrit le: 05 Oct 2016
Messages: 110
Localisation: Liège (Belgique)

MessagePosté le: Mer 31 Jan - 22:53 (2018)    Sujet du message: NO BILLAG: les chaînes de Suisse Romande en danger ? Répondre en citant

Ca serait dommage pour les excellents magazines et émissions sur la RTS et les nombreuses compétitions sportives prémium.
Seul les contribuables suisses peuvent choisir leur avenir dans les médias, au risque de laisser la porte ouverte à des opérateurs privés qui ne respectent pas le téléspectateurs et les annonceurs.

Quand on regarde les RTS, ce qui est dommage, c'est qu'on a l'impression de regarder TF1 ou M6, avec seulement coupure pub lol. Le service public suisse ressemble trop aux chaînes privés franco-suisse par moment.
C'est un peu le même problème dans la grille des programmes des RTBF avec des productions de TF1, M6 et pire NRJ12 pour remplir les grilles!

La télé a un cout et elle est de plus en plus concurrencée par le net et les replay.

Si on prend l'exemple avec les VRT au Nord de la Belgique, la redevance a été supprimée depuis quelques années, les chaînes ont réduit leurs dépenses surtout dans le sport, et elles survivent très bien et toujours sans pub, juste quelques sponsoring. J'ignore si le fonctionnement est comparable. Ce sont 2 pays très compliqués suite aux différentes langues et gouvernements
_________________
Technomate 7100HD Triple Tuner HDD 1000 GB & 6800 HD Super + Viaccess Smit Sécure PC4 4.1
Eutelsat 5°W: Bis Cinésport & BeIN Minisat Quad Cahors
Astra/HotBird: Tivusat & RTS SSR SRG Parabole 80cm LNB TWIN Monobloc INVERTO Black Ultra + TNT belge


Revenir en haut
pascal28


Hors ligne

Inscrit le: 01 Mar 2016
Messages: 284
Localisation: Charleroi

MessagePosté le: Jeu 1 Fév - 00:00 (2018)    Sujet du message: NO BILLAG: les chaînes de Suisse Romande en danger ? Répondre en citant

C'est certain que les suisses sont des grands. Ils sont les premiers concernés dans ce choix. Et dans l'absolu, ça ne nous regarde pas. Wink

Pour cette histoire de redevance, je pense que tout le monde exagère les effets sur l'avenir de la RTS.
Comme tu le soulignes, la Flandre a mis fin à la redevance, la Wallonie va en faire autant et on n'annonce ni la fermeture de la VRT, ni de la RTBF.
A contrario, en France, il y a bien la quasi totalité de la presse française touche des subventions de l'état, pourtant, il n'y a pas de redevance "presse écrite".
Preuve que le subventionnement de l'état n'est pas conditionné à une redevance. Ce n'est rien d'autre qu'un choix politique. Libre à l'état de créer un impôt spécial ou de passer par un impôt déjà existant pour financer la subvention.

Nul doute que cette suppression de redevance n'est rien d'autre qu'un moyen de dire qu'on supprime un impôt. Pour compenser, on verra probablement augmenter des impôts qui existent déjà...

Pour la RTS, je ne me fais pas de soucis. Je n'imagine absolument pas un état se priver de son organe de communication (surtout quand il n'y a même pas un alter-égo privé pour prendre le relais). Il n'y aura qu'une réduction de voilure tout au plus avec une RTS se recentrant sur les missions de service public. Pour le divertissement, les gens regarderons les chaines françaises au lieux de regarder les productions des chaines françaises sur la RTS.

Ce qui est plus embêtant, c'est pour tout le tissu de télés et radios locales qui semblent être presque toutes dépendantes de subventions. Mais comme je l'écrivais dans mon précédent message, quand on regarde l'offre radio/télé dans son entièreté et qu'on la pratique réellement sur place, on est loin d'avoir un paysage diversifié. On a une RTS hégémonique (seule à assurer l'info sérieuse nationale et internationale) et des radios locales sous perfusion pour assurer l'info "chiens écrasés" sur fond de programmation musicale de type NRJ ou RFM suivant les zones. Est-ce que cela serait réellement une grande perte ? Ce type de produit a-t-il vraiment besoin d'être financé par une redevance ? Ça pourrait être l'occasion de revoir le fonctionnement du paysage suisse en créant un contexte favorable à l’émergence de radios privées réellement ambitieuses.

Mais bon, ça c'est le problème des suisses. A eux de choisir. Eux, au moins, on leur donne le choix Very Happy


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Stef17200
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 28 Fév 2016
Messages: 1 154

MessagePosté le: Jeu 1 Fév - 14:50 (2018)    Sujet du message: NO BILLAG: les chaînes de Suisse Romande en danger ? Répondre en citant

Si j'ai bien tout cerné, le Billag correspond donc à la redevance audiovisuelle française et sa suppression est donc envisagée. Son retrait marquerait donc la fin de dotations publiques au profit de la RTS, mais tout autant envers les TV de cantons, radios et presse écrite (encore que j'ai un doute sur le média écrit). 

Début mars, les Suisses auront donc à se prononcer sur la suppression de cet impôt, et on peut donc légitimement croire que ces derniers par référendum y seront favorables. Encore qu'on puisse émettre des doutes, à l'exemple l'année passée de la mise en place du revenu universel qui fut largement refusé, ce qui me semblait étonnant, mais justifié par la crainte d'une immigration massive puis oisive. Cela se tient !

Sans dotations publiques, donc les chaînes locales et radios crient à qui veut l'entendre que sans cela c'est la fin, et comme le souligne Pascal, comment peut on parler de liberté et d'impartialité, quand on est sous perfusion publique à ce point, alors qu'il s'agit en plus de structures privées. Faut-il croire que les TV cantonnales n'ont pas d'audience, ou pas d'annonceurs locaux, pas de programmes attractifs ? Alors dans ce cas on en revient aux soucis rencontrés par les chaînes locales françaises, dont les bassins de population sont toutefois plus conséquents. 

Je pense qu'une refont du modèle économique des chaînes concernées n'est pas en soi une si mauvaise idée.... ce que je perds en pérennité sous perfusion, je le regagne en indépendance et ligne éditoriale. Ensuite, ces chaînes ne peuvent-elle pas se syndiquer pour acquérir et proposer des programmes uniformes sur secteurs concernés ? 

Il est clair qu'après lecture de différents quotidiens helvètes traitant du NO BILLAG, on se demande si la RTS ne détient pas une hégémonie de fait, et si les locales ne s'apparentent pas à des sous produits, totalement zappés par les plus jeunes, qui trouvent leur bonheur sur la toile notamment. 

Je ne voyais pas le Paysage audiovisuel suisse sous cet angle, mais il est clair qu'au final, ceci pourrait éventuellement générer une modification radicale des TV  proposées et encourager à la venue de concurrents plus audacieux remplaçant le désert audiovisuel résultant du NO BILLAG. Mais je crois que la vérité est toute autre, et qu'aucune chaîne ne va fermer.... elles vont juste devoir réfléchir et se bouger afin que les aides publiques soient remplacées par des annonceurs et sponsors privés, gages d'une audience retrouvé par des contenus plus attractifs. Une équation pas simple quand on vit dans le confort de la subvention assurée. 


Revenir en haut
pascal28


Hors ligne

Inscrit le: 01 Mar 2016
Messages: 284
Localisation: Charleroi

MessagePosté le: Ven 2 Fév - 11:48 (2018)    Sujet du message: NO BILLAG: les chaînes de Suisse Romande en danger ? Répondre en citant

Stef17200 a écrit:
Si j'ai bien tout cerné, le Billag correspond donc à la redevance audiovisuelle française et sa suppression est donc envisagée. Son retrait marquerait donc la fin de dotations publiques au profit de la RTS, mais tout autant envers les TV de cantons, radios et presse écrite (encore que j'ai un doute sur le média écrit). 


En effet, en cherchant également de mon coté, c'est une sorte de super redevance car elle finance l'audiovisuel public (comme en France), mais également un peu plus (les médias locaux privés et diverses activités culturelles). Du coup, ça explique pourquoi elle est aussi élevée !!!!!

Stef17200 a écrit:
Faut-il croire que les TV cantonnales n'ont pas d'audience, ou pas d'annonceurs locaux, pas de programmes attractifs ? Alors dans ce cas on en revient aux soucis rencontrés par les chaînes locales françaises, dont les bassins de population sont toutefois plus conséquents. 


Objectivement, il faut admettre que les télévisons locales sont loin d'être existantes. De manière globale, leur principal intérêt (d'ailleurs, c'est la seule chose qui arrive à générer un peu d'audience), c'est le JT local et ponctuellement un magazine ici où un programme évènementiel sur un gros sujet local (un débat politique lors d'élections, un évènement culturel majeur dans la région, un évènement sportif, etc...). Le reste, il faut admettre que ça n'attire pas les foules...

En 2004, 2005, j'ai vécu en Italie, ce qui m'a donné l'occasion de voir à quoi ressemblait la télévision locale sur le terrain (pas une vision faussée telle qu'on peut l'avoir en regardant ce qui est disponible sur le sat). Au final, hors de la diffusion de grandes tranches de télé-achats, la quasi-totalité des chaînes faisaient reposer leur grille sur le JT local. Le reste, c'était soit plusieurs télés locales qui s'étaient unies (souvent parce qu'elles avaient le même patron) sous une même marque pour pouvoir produire un programme un peu sérieux, soit en signant des accords avec des chaînes sur satellites (par exemple Fox Kids ou Vidéo Italia à l'époque) pour leur proposer une fenêtre de diffusion sur le hertzien pendant quelques heures (ce qui permettait à la chaîne du sat de mieux vendre sa pub pendant cette tranche et à la chaîne locale d'avoir un contenu crédible et attractif pour mieux mettre en valeur le contenu local), soit en signant un accord avec une chaîne frontalière (comme la télé de San Marin). Ce qui a tendance à démontrer que, à par le JT et ponctuellement un magazine, un contenu d'intérêt local n'est pas suffisant pour permettre à une chaîne d'être viable.

Au final, dans un contexte de 2018, la majeure partie des télévisions locales n'ont comme contenu propre que de quoi alimenter une chaîne YouTube.
A la limite, dans le cas français, j'ai l'impression que Grand Lille TV assume sa situation et ne semble pas fonctionner si mal que ça (économiquement). C'est devenu une chaîne d'info en continu avec une édition de 30 minutes en boucle, la météo, l'info trafic et une barre info mise en jour en cas de besoin.



Stef17200 a écrit:
Je pense qu'une refont du modèle économique des chaînes concernées n'est pas en soi une si mauvaise idée.... ce que je perds en pérennité sous perfusion, je le regagne en indépendance et ligne éditoriale. Ensuite, ces chaînes ne peuvent-elle pas se syndiquer pour acquérir et proposer des programmes uniformes sur secteurs concernés ? 

C'est certain que quand un paysage audiovisuel entier ne repose que sur de la subvention, c'est une manière de se cacher les yeux pour se faire croire que ça va et n'incite pas à se remettre en cause.
Pour la syndication, je crois qu'il y a déjà quelques programmes suisses produits sur ce modèle, mais si tout le monde doit travailler ensemble pour harmoniser les grilles, qui va décider de la grille ? On va arriver à une bataille de celui qui a la plus grosse pour imposer sa vue aux autres. Ce genre de système a souvent réussi à fonctionner avec un résultat propre qu'à partir du moment le plus fort à racheté tous les autres...
L'autre option pourrait être de faire ce que font certaines chaînes locales italiennes en proposant de vendre du temps d'antenne à d'autres chaînes qui ne diffusent pas sur la zone ou qui sont habituellement payantes pour disposer d'une vitrine.


Stef17200 a écrit:
Il est clair qu'après lecture de différents quotidiens helvètes traitant du NO BILLAG, on se demande si la RTS ne détient pas une hégémonie de fait, et si les locales ne s'apparentent pas à des sous produits, totalement zappés par les plus jeunes, qui trouvent leur bonheur sur la toile notamment. 


Ca me semble un peu plus complexe que cela.
En télé, c'est évident que ce n'est pas en diffusant un JT local et un magazine culturel que tu vas passionner les jeunes... Alors que bien souvent ces contenus sont aussi disponibles sur le net... Il n'y a que la RTS et les chaînes étrangères qui proposent des programmes d'envergure. On trouve quand même des chaînes comme Rouge TV ou LFM qui essayent de proposer autre chose que la chaîne locale classique. (Rouge TV étant une sorte de W9 avec des films presque tous les soirs, de la télé-réalité US et des clips en journée et LFM étant un robinet à clips). Mais je ne suis pas sur que ces chaînes soient accessibles dans toute la Suisse Romande.
Au final, on est vraiment dans un paysage télé où on retrouve la télé française + la RTS (pour la Suisse francophone).

Coté radio, la situation est encore plus hégémonique. Seule la RTS dispose d'une couverture où on peut rester sur la même radio plus de 30 km. Toutes les radios privées sont limitées légalement à une couverture cantonale. Du coup, à part pour celui qui habite à coté de son lieu de travail (mais qui ne reste pas longtemps en voiture), difficile de fidéliser un public rien que sur la route du matin !
Toutefois, avec le DAB, toutes ces radios privées disposent d'une couverture de tout un bassin linguistique (avec une qualité de couverture équivalente à la RTS). Cela va probablement enfin permettre à ces radios privées de ne plus être des radios locales "de fait", mais elles vont pouvoir s'organiser pour devoir se positionner les unes par rapport aux autres et ne plus faire la même choses chacune dans leurs coins. Cette évolution pourrait d'ailleurs défendre la logique d'une fin de subvention. Jusqu'à présent celle-ci était nécessaire car ces médias étaient trop petits pour être viables. En ayant la possibilité de grossir, il y aura probablement des morts, mais les survivants auront les moyens d'être réellement autonomes en se finançant par la publicité. De plus, l'offre sera plus cohérente car au lien d'avoir que des clones de NRJ ou RFM (afin d'être un peu passe partout sur sa zone), chacune va devoir se différentier en trouvant un positionnement qui lui est propre.
Il y aura probablement globalement moins de radios, mais probablement un peu plus de diversité dans les contenus.
On peut même imaginer que dans ces conditions un opérateur privé puisse s'attaquer de front à la RTS en allant sur l'info et le divertissement.


Stef17200 a écrit:
Je ne voyais pas le Paysage audiovisuel suisse sous cet angle, mais il est clair qu'au final, ceci pourrait éventuellement générer une modification radicale des TV  proposées et encourager à la venue de concurrents plus audacieux remplaçant le désert audiovisuel résultant du NO BILLAG. Mais je crois que la vérité est toute autre, et qu'aucune chaîne ne va fermer.... elles vont juste devoir réfléchir et se bouger afin que les aides publiques soient remplacées par des annonceurs et sponsors privés, gages d'une audience retrouvé par des contenus plus attractifs. Une équation pas simple quand on vit dans le confort de la subvention assurée. 

Je suis un peu moins optimiste, je pense qu'il y aura quand même quelques morts.
Mais les survivants seront plus ambitieux (à condition de disposer de véritables couvertures) et devront sortir de leur programme passe partout complété par un flash local, le programme du cinéma du coin et l’annonce de la kermesse).
Et coté télé comme en radio d'ailleurs cette suppression de subvention peut être viable, à condition que des mesures soient prises pour empêcher des chaînes étrangères qui ne payent pas les droits pour une diffusion suisse et qui ne produisent rien à destination de la Suisse de pouvoir manger sur le marché publicitaire suisse. L'un sans l'autre, ça me semble plus compliqué.

La véritable inconnue, c'est le financement de la RTS. Je n'imagine pas un état ne plus financer du tout un service public de l'audiovisuel. Je pense que si la redevance disparaît, ce sera tout simplement la fin d'un impôts dévolu à un usage particulier. En entre partie, on verra probablement les autres impôts légèrement augmenter pour financer la RTS seule.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 12:13 (2018)    Sujet du message: NO BILLAG: les chaînes de Suisse Romande en danger ?

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Médiactus Index du Forum -> mediactus -> Actualité: vos commentaires Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com